Programme

Send to a friend Send to a friend | partager

Entretiens Numériques/2018

From Thursday, 14 June To Sunday, 17 June

Jeudi 14 juin

 

16h15 - 16h45 : Ouverture des Entretiens par Monsieur Gilles LEVEQUE, DSI Groupe ADP

16h45 - 18h45 : Ateliers (20 à 25 participants par atelier)


1 - Intelligence Artificielle : Retour d'expériences 
Animation : Hughes de MAUSSION – CHRONOPOST


L’intégration de l’Intelligence artificielle au sein des métiers se développe progressivement et de plus en plus de sociétés mettent en place de nouveaux processus, méthodologies grâce à l’IA. Alors partageons nos expériences diverses, voyons comment accompagner au mieux les métiers dans cette démarche et comment s’appliquer à soi-même ce que nous observons au sein des métiers

  • Qu’est-ce qui a été réellement mis en place ? Quel cas précis ? Quels sont les cas d’usages ?
  • Comment bien appréhender les attentes métiers en ce domaine ?
  • Quel peut-être le rôle de la DSI dans la démarche IA de l’entreprise ? Quels sont les technologies que la DSI devrait maîtriser et les compétences associées ?
  • En cas de mise en œuvre à la DSI elle-même, quel serait l’impact sur les architectures applicatives ? serait-il pertinent d’avoir des systèmes AI isolés ? Quel contrôle exercer sur les systèmes AI en particulier quand ils sont sous-traités ?


2 - La convergence des SI avec l’Informatique Industrielle 
Animation : Jean-Christophe LAISSY - VEOLIA


Historiquement, une différence a toujours été établie entre ce que nous pouvons appeler l’informatique de gestion et l’informatique industrielle. Il est de plus en plus difficile avec la convergence des technologies et l’entreprise étendue vers des partenaires et d’autres acteurs du même marché de faire encore cette différence, d’autant plus que l’IT est au cœur du système de production et que la montée du risque cyber implique d'avoir une maitrise de l'ensemble du SI. L’objet connecté est bien sûr un élément clé de cette informatique amenant les mêmes problèmes de sécurité que pour l’ensemble du système d’information.

  • N’est-il pas temps de se positionner clairement par rapport à cette informatique gérée séparément historiquement ?
  • La tension sur les compétences numériques, n'impose-t-elle pas une mutualisation des ressources ?
  • Quelles sont les bonnes pratiques que nous pouvons tirer des deux côtés en unifiant l’ensemble ?
  • L’extension de périmètre n’est-elle pas amenée par l’angle de la sécurité ? ou pouvons-nous constater une prise de conscience des risques pouvant mettre en danger le métier ?
  • Quelle convergence entre les deux SI peut-on constater aujourd’hui ? Comment la gérer ?


3 - Vers quels nouveaux modèles de stratégie de sourcing allons-nous ?
Animation : Sylvie PHILIPPON - CHRISTIAN DIOR COUTURE & Franck LE MOAL – LOUIS VUITTON MALLETIER


Nous sommes habitués à travailler avec des partenaires ESN assez généralistes pouvant répondre de manière globale à nos attentes. L’arrivée des start-up et les besoins d'agilité technologique et organisationnelle, impliquent de nouveaux modes de sourcing des compétences pour compléter et enrichir les compétences internes. La DSI apprend à travailler avec des sociétés très focalisées sur une technologie ou un métier, de petite taille, peu de processus mais d’une agilité certaine.

  • Cela implique-t-il un mode de free-lance sourcing afin de trouver les ressources ponctuellement plus adaptées ?
  • Est-ce encore l’annonce d’un changement profond de fonctionnement au sein de la DSI ? avec un sourcing différent de ce qu’on a connu précédemment, plus pointu, plus spécifique, pour des missions plus courtes, avec des moyens différents et des acteurs nouveaux ?
  • Est-ce que nous pouvons déjà voir une évolution vers un mode de sourcing innovateur au détriment d’un sourcing généraliste ?
  • Quel sera le mode de sourcing le plus adapté aux besoins des DSI ? Existe-t-il déjà ou bien sommes-nous en train de l’inventer ?


4 - Comment être prédictible dans un monde qui s’accélère ? 
Animation : Corinne DAJON – AG2R LA MONDIALE


L’hyper vélocité des changements technologiques et l'arrivée des start-up dans les entreprises ou à leur périphérie, se positionnant parfois même en concurrentes de métiers historiques nous montrent une accélération du changement des modèles d’organisation, et de consommation des services numériques. L’open innovation modifie également notre culture de modèle opératoire et exige que nous nous adaptions en permanence afin de garantir la qualité de service attendue.

  • Avec ces innovations, comment définir et tenir les engagements d'apport de valeur dans une logique agile et de transformation ? Est-ce toujours d’actualité de composer avec une stricte logique de rapport entre la dépense et la valeur ?
  • Nous découvrons en même temps que nous opérons avec des normes non encore établies. Comment anticiper les pics de production ? Quels sont les paramètres sur lesquels nous pouvons nous appuyer pour mieux gérer ?
  • Par réflexe et métier, la DSI a toujours été obligée de tout maîtriser mais cela ne devient-il pas trop complexe ? Comment trouver le juste milieu dans ces nouveaux environnements ?
  • Comment dans ces contextes nous assurer de la qualité du logiciel, de sa pérennité et de sa robustesse tout en gardant un maximum de flexibilité ?


5 - Souveraineté et Cyber résilience – comment gérer ces deux axes ?
Animation : Bruno LATOMBE – MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES


Nous savons que la cyber résilience est aujourd’hui un élément incontournable du SI et sa place est clairement identifiée. Au-delà du GDPR, et de la gestion des données personnelles, nous avons un dilemme à gérer entre la souveraineté et la cyber résilience. D’un côté, nous nous protégeons des hackers en mettant nos systèmes chez des hébergeurs tels qu’Amazon qui ont des niveaux de sécurité plus élevés que ce que nous pouvons mettre en place au sein de notre SI mais nous nous exposons au risque des demandes du régulateur vis-à-vis de fournisseurs qui ne peuvent pas nous garantir la totale protection de nos données (ie: Patriot Act). De l’autre côté, nous nous engageons dans une course vaine et couteuse contre les cyber criminels en essayant de construire des château-forts dans lesquels les hackers pourront toujours trouver des failles et faire courir un risque au métier.

  • Quel est le bon compromis ? Comment tirer parti du meilleur des deux ?
  • Où en est l’Europe sur ce sujet aujourd’hui ? En fonction des hébergements, comment mieux nous protéger par rapport à un risque juridique provenant d’un autre territoire comme les USA ou la Chine ?
  • Est-ce que ces deux axes sont antinomiques ou peut-on trouver une convergence ?
  • Avec la mise en place de GDPR, est-ce que nos axes de réflexion ont changé sur ce sujet ? Avons-nous toujours la même vision, stratégie ?


6 - La DSI se transforme-t-elle en un « Uber » de la Ressource Humaine ?
Animation : Jean-Michel PEREZ-CANO – INRA


Avec les changements d’organisation opérés depuis de nombreuses années, nous pouvons reconnaitre que la DSI est devenu dans la plupart des entreprises une organisation transparente et visible facilitant la relation avec les métiers. La DSI a acquis la légitimité de son existence par la connaissance par ses équipes des enjeux et des processus métier de l'entreprise et par la proximité qu’elle a développée avec les métiers de l’entreprise. Pour des raisons diverses, on a pu observer une externalisation massive de pans entiers du SI incluant les compétences liées et diminuant la qualité de la relation avec les métiers dans certains cas. Afin de (re-)créer de la transparence et de la visibilité, ne constate-t-on pas actuellement le phénomène inverse de ré-internalisation ?

  • Est-ce qu’on ré-internalise la même chose ou des éléments différents ?
  • Comment s’assurer du recrutement des bonnes compétences permettant de continuer à trouver le bon équilibre relationnel et la transparence souhaitée ?
  • Le marché du travail se modifie avec un nombre plus important d’indépendants ou de jeunes ne souhaitant plus être pieds et poings liés à l’entreprise. A qui faire appel ? Sommes-nous en train de nous diriger vers un mode de ressources à la demande avec des plates-formes type « Uber » permettant de trouver la bonne compétence au bon moment ?


7 - Le rôle de la DSI : Au-delà d’être partenaire des métiers ?
Animation : Bruno ANNIC - SOCOTEC


Depuis des lustres, nous parlons de la relation DSI-Métiers. La déferlante digitale a modifié cette relation et nous constatons un changement profond des attentes par rapport à l’apport des DSI au sein des entreprises. Ainsi par exemple, les DSI sont de plus en plus sollicités par les directions générales pour investiguer des solutions permettant de procurer un avantage concurrentiel compte tenu du gisement énorme des données en train d’arriver dans les entreprises. Lorsque le digital et ses technologies associées (Cloud, Big Data, IoT, IA…) remet en question si fondamentalement les métiers, la DSI, devient dès lors essentielle aux transformations à opérer dans les entreprises.

  • Est-ce le rôle reconnu de la DSI de concevoir des produits pour l’interne qui peuvent également profiter à leurs partenaires ou clients en utilisant le gisement énorme des données disponibles ?
  • Face à ce flux de données, comment créer des partenariats avec des entreprises du même secteur tout en conservant l’aspect concurrentiel ? Mais d’ailleurs est-ce du même secteur ou de secteur complémentaire ?
  • Pourrions-nous parler de business croisé avec des acteurs du marché ? Cela augmenterait-il notre chaine de valeurs et de propositions face aux clients ?
  • Les produits développés au sein de l’entreprise afin de permettre une analyse des données ou une amélioration des processus peuvent-ils devenir des produits que l’entreprise va vendre ?


8 - La data n’est-elle pas devenue la vraie valeur ajoutée ?
Animation : Stéphane MARIOTTO - FIDAL


Qui parmi nous n’a pas réclamé un « owner » des données afin de pouvoir identifier à qui donner la responsabilité des échanges de données entre applications ? Avec l’IoT, les captures d’information en tous genres, la donnée est au cœur de toutes les préoccupations. Cependant, quand les données ne sont plus seulement générées en interne mais proviennent également de la captation des usages des applications de l’entreprise par les clients, vers qui se tourner ? Avec le big data et les outils de transformation des données, l’asset de l’entreprise n’est-il pas justement l’ensemble de ces données ? Si c’est le cas, alors les questions suivantes se posent à nous :

  • Etant reconnue comme un asset de l’entreprise, comment capter, valoriser et protéger les données ? Quels sont les outils à mettre en place ?
  • Comment montrer notre valeur ajoutée dans la manipulation et la mise à disposition des données pour permettre aux métiers de réinventer leur modèle d'affaire ?
  • Quelles stratégies / organisation mettre en place pour répondre aux attentes ?
  • Quels sont les retours d’expérience des autres entreprises concernant la gestion des données ? Partageons nos expériences diverses !
  • Le cœur de métier de la DSI n’est-il pas maintenant le big data et l'’accompagnement des métiers dans l’exploitation et la valorisation des données ?


9 - Face aux nouvelles technologies – comment rester dans la course ?
Animation : José NAVAS – TRIGO GROUP


Nous sommes de plus en plus tentés de laisser aux GAFA et autres acteurs majeurs du digital la maitrise d’un pan de notre SI considéré à moindre valeur ajoutée pour le métier. Il est même envisagé de leur confier de plus en plus de choses sous prétexte d’architecture à gérer, de manque de compétences en interne, de complexité croissante. Il faut dire que leurs offres, dans un monde agile demandant de plus en plus de flexibilité, sont très tentantes. Cependant, notre rôle est de créer de la valeur ajoutée pour l’entreprise. Alors dans ce cadre, les questions suivantes se posent : 

  • Pourquoi et comment résister aux offres alléchantes des GAFA et autres ? Comment ne pas être captif d'une offre et s'assurer de faire vivre la concurrence ?
  • Qu’est-ce qui va rester à terme au sein de la DSI dont nous devons garder la maitrise ?
  • Comment rester dans la course et ne pas confier à l’extérieur les éléments de notre SI nous dépossédant de la valeur ajoutée que nous pouvons apporter aux métiers ?
  • Quel est le meilleur parti à tirer de la puissance des GAFA et autres nous permettant une réactivité plus grande, une flexibilité et une réponse sécurisée aux métiers ?


Vendredi 15 juin


09h00 - 12h30 : Ateliers (suite)

15h30 - 18h30 : Conférences & Tables rondes thématiques


Table ronde "IT : un tremplin pour les carrières au féminin"
Animée par Corinne Dajon (AG2R - La Mondiale) avec :
Véronique Lacour (EDF)
Nathalie Watine (Bouygues Immobilier)
Catherine Lucas (Navigacom)
 

"Comment la transformation numérique permet-elle à l'entreprise de rester compétitive ?"
Monsieur Dominique Mockly, Président & Directeur Général de Teréga, spécialiste des domaines de la Défense et de l'Energie

 

"Et si l'innovation c'était du béton ?"
Monsieur Philippe DEWOST, Chief Leonard - Groupe Vinci

 

Table ronde "L'Afrique : un autre Eldorado du numérique ?"
Animée par Mohamadou Diallo (CIO-Mag) avec :
Isabelle Pignon-Mashola (Isahit)
Sylvain Jouanny (Fondateur Finaki)
Henri d'Agrain (CIGREF)
Ayi Mawuena d'Almeida (Banque Ouest-Africaine de développement)
Serge Adjovi (Agence du développement numérique du Bénin)


Samedi 16 juin


14h15 - 17h00 : Synthèses des ateliers


17h30 - 18h45 : Conférence de Clôture

"Ubérisation : un ennemi qui vous veut du bien ? Impact sur les hommes, la société et les entreprises"
Monsieur Denis JACQUET,
Multi-Entrepreneur, président de parrainer la croissance, fondateur de l'observatoire de l'ubérisation

 

18h45 - 19h00 : Clôture des Entretiens par Monsieur Gilles LEVEQUE

Event Calendar

June 2019
Gli Incontri ICT

More

October 2018
INKOP 2018

More

June 2018
5. IT INNOVATION Summit

More

June 2018
Entretiens Numériques

More

June 2018
Gli Incontri ICT

More

March 2018
Les Entretiens Technologiques

More

March 2018
SEKOP2018

More

June 2017
Gli Incontri ICT

More